Personne passée à une autre ligne d'évasion

Dernière mise à jour le 11 avril 2016.

Bryan Desmond BARKER / 129452 & 957977


Fl/Lt, RAF Bomber Command 77 Squadron

English Electric Halifax MkII, DT734, KN-J, abattu par un chasseur dans nuit du 09 au 10 mars 1943 lors d'une mission sur Munich
Ecrasé près de Boussu, au SSO de Mons, Hainaut, Belgique
Durée : 4 semaines
Evacué en Espagne par la ligne Oaktree le 03 juin 1943

Informations complémentaires :

Rapport d'évasion SPG 3314/1298.

L'appareil décolle d'Elvington à 22h00. Au retour, il encourt une perte d'huile et est attaqué par un chasseur de nuit. Le Fl/Off Kenneth Alexander Adams est tué. Le pilote, Sqn Ldr Robert John Sage et le P/Off Dennis Walter Bateman sont fait prisonniers. Les autres parviennent à s'évader : le Fl/Lt Bryan Barker (la présente fiche), le Sgt M. Crabtree (rentrera en Angleterre le 6 octobre 1944 via la Belgique, la Suisse et la France - SPG ?), et le Sgt Bernard J. I. Walker (qui après avoir été un temps interné en Espagne à Alhama de Aragon, quittera Gibraltar en avion le 17 mai 1943 pour arriver à Mount Batten en Angleterre le lendemain - SPG 3313/1208). Le Sgt D. L. Morris, d'abord évadé, sera arrêté à Bordeaux le 21 mai 1943 dans la filière "Jackson" de Prosper Dezitter et interné au Camp 4B - prisonnier N° 222747.

Peu après son atterrissage, Bryan Barker, lui, se retrouve dans un café à Valenciennes, du côté français. Il y est aidé pendant quelques jours par Robert ARMSTRONG, un Irlandais employé par la British War Graves Commission dans l'entretien des tombes militaires, avant d'être mené à la maison de Rosine WITTON, née THÉRIER, au 6 Rue de Bapaume à Achicourt dans les faubourgs d'Arras.

Le 04 avril, Rosaline WITTON et Eugène D'HALLENDRE, contrôleur technicien SNCF à la gare d'Arras (un ancien de la ligne Pat O'Leary qui vient de rejoindre Comète avec son équipe suite à la disparition de sa ligne), le guident en train vers Paris, où Barker rencontre Robert AYLÉ et "Paul" (Frédéric DE JONGH) dans un café devant la Gare du Nord (le Café Curveur).

AYLÉ l'emmène ensuite chez Jacques PONTY au 24 rue Ampère, où il loge jusqu'au 27 avril. Ce jour-là, Val WILLIAMS (= Wladimir BOURYSCHKINE) le mène chez la Comtesse Hélène de SUZANNET au 20 Rue Greuze à Paris VIIe. WILLIAMS demande alors à Barker d'aller à Château-Thierry afin de se renseigner quant aux possibilités d'utiliser, en vue d'un éventuel atterrissage de bimoteur Hudson, l'aérodrome auxiliaire situé à 3 km au Nord du Monument Américain.

Cette mission effectuée (on ignore si l'avis de la RAF avait été positif ou non), Barker retourne à Paris, d'où, le 30 avril, WILLIAMS et "une jeune française nommée ANDRÉE", le guident vers la région de Saint-Brieuc avec d'autres évadés, dont un américain et deux anglais. L'un d'eux est le Sgt Douglas Cox.

Ils vont près d'Étables aidés par Jean CAMARD et la famille LANLO et accompagnés par Jacques BONNERON (du 14 Avenue Georges Clémenceau à Vincennes) et Georges JOUANJEAN, mais le bateau ne vient pas et ils rentrent à Paris.

Le 28 mai, Barker se retrouve à la Gare d'Austerlitz à Paris dans un groupe d'onze aviateurs et cinq français qui souhaitaient rejoindre l'Angleterre. Tous ces hommes montent dans un train, passent par Pau et arrivent à Dax dans la nuit du 28 au 29 mai.

Le 31 mai, à 3h du matin, Barker, Cox et neuf autres aviateurs plus cinq évadés français montent à bord d'un camion et rencontrent un premier guide basque à l'extérieur de la ville. Rejoints par trois autres guides basques, les évadés passent en Espagne, près du Pic de la Coura, peu après le lever du soleil le 03 juin.

On leur dit de se présenter à un hotel à Isaba, où ils sont arrêtés par la Garde Civile et incarcérés momentanément à Pampelune. Ils y reçoivent la visite de Michael Creswell et d'un Mr Frost, de l'ambassade britannique de Madrid, et ils passent ensuite par un hôtel à quelque distance de Pampelune où ils restent du 11 au 22 juin, jour où une voiture vient les chercher pour les conduire à Madrid.

Les hommes sont alors évacués vers Gibraltar, et le 06 juillet, Cox, Howard et quelques autres montent à bord du SS "Samaria" en rade de Gibraltar. Le bateau reste bloqué au port vu l'imminence de l'Opération "Husky" de débarquement allié en Sicile.

Le 13 juillet, quatre d'entre eux, dont Barker, sont choisis pour être rapatriés par avion à destination de Whitchurch en Angleterre où ils arrivent le lendemain.


© Philippe Connart, Michel Dricot, Edouard Renière, Victor Schutters