Personne passée par Comète via les Pyrénées

Dernière mise à jour le 25 août 2011.

Elmer Ernest MacTAGGART / O-418137
5644 Santa Cruz Avenue, Richmond, Californie.
Né le le 12 décembre 1917 en Californie / † le 19 octobre 1997 à Fair Oaks, Californie.
Capt, 78 Fighter Group 83 Fighter Squadron, pilote.
Lieu d'atterrissage : à Œudeghien (Hainaut)
Republic P-47C Thunderbolt, n° série 41-6382, HL-C, abattu le 14 mai 1943 lors d'une mission d'escorte de B-17 du 95th Bomber Group ayant comme objectif Anvers et revendiqué à 13.25 h par l'Oblt. Rudolf Leuschel, Staffelkapitän du 10./JG 26.

Durée : deux semaines.
Passage des Pyrénées : le 31 mai 1943.

Informations complémentaires :

E&E n° 37 (disponible en ligne).

48 chasseurs P-47 du 78th Fighter Group décollent de Duxford vers 12 heures 37 pour une mission d'escorte de bombardiers B17 des 94th et 95th Bomb Groups en route vers des installations industrielles à Anvers. Il passent la côte à Ostende à 28.000 pieds. Dans la région de la cible, les chasseurs américains sont attaqués par une vingtaine de Fw190 et Me109 et trois appareils du 78th sont abattus, dont celui de McTaggart.

McTaggart plonge derrière un FW et le suit jusque 10.000 pieds, l'endommageant. Il reste au ras des pâquerettes et se fait poursuivre par un autre FW. Il touche la cîme d'un arbre et des fils électriques. Un autre arbre le freine dans un heurt. Son cockpit est endommagé et il ne voit plus rien. Il remonte à 1.500 Pieds et saute.

Il atterrit dans un champ non loin d'Ath, observé par 5 ou 6 personnes qui se dispersent. Il cache vite son équipement et s'éloigne de son point de chute. Un vélocyliste l'aide à enlever ses insignes et le cache dans un champ. Il revient après 30 minutes avec de la nourriture et un manteau blanc puis part travailler, disant qu'il reviendrait au soir. A 21 heures, il revient et le conduit chez lui, où deux hommes l'attendent. Son évasion est organisée.

Il suit les deux hommes à vélo jusqu'à un village et reçoit à manger. A minuit, il va dormir dans une autre maison, où il abandonneson couteau de chasse et sa trousse d'évasion et son briquet. Le 15, il va encore ailleurs pour le déjeuner et à 10 heures reçoit une note en anglais lui disant de suivre le porteur jusqu'à un abri plus sûr. Il suit à vélo chez un Jules et une Julia à 6 miles d'Ath. Il y reste du 15 au 19 mai.

Il y est visité par un prêtre belge enseignant l'anglais et le flamand à Ath, Julien DE COSTER. Ce dernier va contacter un rseau à Bruxelles et en revient avec un costume civil. Il dut y retourner une fois de plus, car il avait oublier de noter son n° matricule. Deux autres Belges viennent lui annoncer qu'il devra rester environ 40 jours et prennent également note de son identification.

Le 19 mai, il va dormir au collége catholique (Saint-Julien) à Ath. Le 20, l'abbé Julien DE COSTER le conduit à la gare et le remet à un guide qui le mène en train à Bruxelles, en 2de classe. Il avait reçu des faux papiers trois jours auparavant. Ils y arrivent un peu avant midi et rencontrent "Mr Robert", qui l'emmène dans un petit restaurant et chez un tailleur.

Robert Poreye dit l'avoir reçu de Jean DESCHRIJVER d'Alost et l'avoir ramené chez Fernando RADELET mais avoue ailleurs que DESCHRYVER l'a amené à Bruxelles, à la Gare du Midi. Après un repas à l'Escargot d'Or, Rue de la Fourche, POREYE le conduit chez Victor DETAILLE, au 82 Avenue Louise à Bruxelles. Il y reste 5 jours et va avec Mme DETAILLE chez un photographe.

Un dimanche (le 22 mai), Fernando RADELET le conduit dans une autre maison (probablement chez Isabelle ANSPACH au 30 Rue de Naples), où il rencontre Raymond Walls et deux RAF avec un homme se disant agent de l'IS. Il avait 19 ans, plutôt de petite taille et parlait anglais avec un accent et posait trop de questions, ce qui met McTaggart mal à l'aise. Il doit s'agir de Raymond Holvoet alias "Badger". RADELET prend McTaggart, l'agent et Walls à la gare et les remet à un homme. Les deux RAF y sont déjà. Ils vont ensemble à Paris en train, dans le même compartiment de 3e classe.

Un peu avant la frontière, leur guide leur fait prendre un Trolleybus et ils passent la frontière à pied. Leur guide présente au douanier belge un papier les déclarant tous travailleurs pour les Allemands. Des Allemands vérifient encore leurs papiers et les douaniers français s'apprettent à faire de même quand les Allemands leur disent qu'ils sont en ordre. Ce guide est donc Jacques Désoubrie, agent français de la Gestapo parisienne, et occupé à gagner la confiance des dirigeants de Comète en les infiltrant et ses premiers aviateurs pourront s'évader pour gagner la confiance de Frédéric DE JONGH à Paris. Ils vont alors avec un autre tram jusque Lille dans un café. Là, Désoubrie cherche un homme qui a leurs papiers français, mais ne le trouve pas.

Ce 25 mai, ils prennent alors un train en 3e classe jusque Paris et y arrivent vers 16 heures. Ils ne sont pas contrôlés et vont dans un appartement par le métro. Ils reçoivent du thé et un homme et une femme apparaissent et discutent un moment en français. Walls et lui sont conduits pour loger dans un bâtiment allemand abandonné.

Le 26, un homme les prend en métro dans un autre appartement non loin des Champs Elysés, à un pâté de l'Arc de Triomphe. Ils y restent plusieurs jours et vont faire des photos dans un magasin. Leur guide est très nerveuse et semble inadaptée à ce boulot. Sa crainte attirait l'attention de tout le monde et McTaggart aurait préféré être seul. Elle avait 28 à 30 ans, petite et parlait très peu d'anglais. Ils sont très bien traités dans cet appartement, qui appartenait à une vieille dame qui avait un domestique chinois, et dont le mari et le fils étaient dans l'armée française.

Le 30 mai, une femme revient avec leurs papiers et les conduit en métro à une gare. L'homme qui les avait accueilli à Paris les place en 1e classe et la femme nerveuse les accompagne à Bordeaux. Il s'agit probablement de Jean-François NOTHOMB). McTaggart, Wilfred Canter, Walls et Joseph Wemheuer partent donc pour Bordeaux, puis en train pour Dax, puis à bicyclette pour Saint-Jean et le passage des Pyrénées à pied.

C'est le 45e passage de Comète par la route de Saint-Jean-de-Luz. Ce groupe est passé seul la Bidassoa avec les guides basques, probablement suite à l'arrestation de Jacques TINEL.

McTaggart rencontre Michael CRESWELL et le major Clark à Madrid. Il parvient à Gibralter le 11 juin, y voit le major Grady Lewis et en part le 20. Il est ramené en avion en Angleterre à Henley Field le 21 Juin.

Elmer McTaggart restera dans l'Air Force et commandera le 29th Troop Carrier Squadron lors du Pont Aérien de Berlin en 1948.

Elmer McTAGGART est enterré au Fair Oaks District Cemetery, à Fair Oaks, Californie.


(c) Philippe Connart, Michel Dricot, Edouard Renière, Victor Schutters