Personne cachée jusqu'à la libération

Dernière mise à jour le 14 août 2018.

Thomas John MIKULKA / 32720108
9 décembre 1923 à Lansford, Arbon County, Pennsylvanie / † le 12 mars 2008 à Chanute, Kansas
329 West Bertsch Street, Lansford, Pennsylvanie
Sgt USAAF 92 Bomber Group 407 Bomber Squadron, mitrailleur arrière
atterri près de Kwaadmechelen (Limbourg belge).
Boeing B-17G Flying Fortress JW-P, N° série 42-30423, abattu par la Flak de Düsseldorf lors d'une mission sur Francfort le 04 février 1944.
atterrissage forcé dans la vallée du "Zwarte Beek" à Koersel (Limbourg, au Nord de Hasselt).
Durée : sept mois
à Bruxelles à la libération (Brusselmans)

Informations complémentaires :

Rapport de perte d'équipage MACR 2237 - Rapport d'évasion E&E 1890 disponible en ligne.

L'avion était du 326 Bomber Squadron (l'équipage étant du 407 Bomber Squadron...). L'appareil est touché par la Flak et, le moteur n° 2 en feu, des obus ayant atteint les deux ailes et le fuselage, il doit quitter la formation. Ainsi isolé, il est alors attaqué par 8 ou 9 chasseurs Me109. L'équipage : John J. Alexander Jr., mitrailleur droit (POW - Stalag Luft VI, IV & I) ; Milo Blakely, mitrailleur gauche ; Jay Joyce, opérateur radio mécanicien (Stalag Luft VI, IV & I) ; John Kyler, mitrailleur ventral (Stalag Luft VI, IV & I) ; John Booth, mécanicien mitrailleur dorsal (Stalag Luft 17B & 1) ; Lawrence Cook, pilote (Stalag Luft I - N1 Barracks 8-Room 6) ; Donald H. Caylor, navigateur (mort en captivité) ; Robert B. Bangs, copilote (Stalag Luft 1) ; Emmet H. Bell, bombardier (Stalag Luft 1). Une photo de l'équipage est visible sur ce site, où Mikulka est debout à l'extrême gauche.

Thomas Mikulka saute à environ 4500m, atterrit vers 13h00 dans une prairie et se cache dans un bois. Il mentionne Jozef PUT, de Kwaadmechelen Dorp comme l'ayant aidé en premier lieu. Louis, fils du fermier Jozef VANSCHOOREN, va demander à son camarade Jules HEYLIGEN, qui connaît l'anglais, s'il pouvait aller le chercher dans la soirée, ce que le jeune homme accepte. Le fermier Jozef dissimule le parachute de Mikulka et lui donne des vêtements civils. Dans la soirée, Jules HEYLIGEN ramène l'aviateur chez lui au 96 Bredonkstraat à Koersel, où l'on prépare la suite de son évasion. Mikulka envisage de rejoindre la frontière française, à un endroit qu'il montre sur une carte en soie. Albert BOELANDERS, un cousin de la famille, est contacté et déclare qu'il va prendre contact avec la Résistance.

Le lendemain, chaussé de nouvelles chaussures dont se défait le père HEYLIGEN, Mikulka part vers le village voisin de Stal jusqu'à la ferme d'Albert BOELANDERS, le neveu d'HEYLIGEN, où il peut loger. Le lendemain, Louis HERMANS (Dorp 94 à Kwaadmechelen), un gendarme, vient le chercher et lui donne un vélo et les deux hommes roulant de concert arrivent chez Albert VANDAMME à Kwaadmechelen (la liste des Helpers belges le situe après la guerre au 19 «Genenbos» dans cette localité). Mikulka restera trois semaines à Kwaadmechelen, ce long délai étant entraîné par sa méfiance à dévoiler des informations demandées par les résistants pour vérifier son identité auprès de Londres. Il finit par accepter, le feu vert arrive de Londres et il est ensuite guidé par Albert VANDAMME vers Bruxelles.

Dans son rapport d'évasion, Mikulka mentionne
* "Mrs François MARGUET, 36 rue Vandermeersch, Brussels III" (la liste des Helpers belges reprend Laura, Catherine MARQUET à cette adresse)
* "Mr et Mme MARSCHALL, 79 Rue Cyril Verschave, Evere" (= Marie MARCHAL et son époux Alfred, 79 Rue Cyrille Verschaere, Evere, selon la liste des Helpers, artère qui n’existe plus sous ce nom)
* "Mr BARTHOLEMY" (Fernand BARTHELEMY, 65 Rue Guillaume Van Laethem, Evere…)
* un policier ("BOURGEOIS") du 72 rue des Eburons à Saint-Josse-ten-Noode/Bruxelles (la liste des Helpers belges reprend Albert BOURGEOIS avec comme adresse après la guerre : 47 Rue des Eburons, Evere).

Simone SCHREYEN dit l'avoir convoyé le 16 mars de chez Alice HENNICO au 144 Avenue Voltaire, Schaerbeek, jusque chez Marcel VAN BUEKENHOUT au 226 Boulevard Emile Bockstael à Laeken.

Maria DANCKAERT, renseigne Mikulka comme hébergé chez elle du 5 au 13 mai 1944, où il est arrivé en même temps que Shoffner qui, lui, y restera caché environ 3 mois. Anne LUKASINSKAS (épouse MATISON) déclare l'avoir convoyé avec Harry Shoffner de chez Mme EVRARD à la chaussée de Louvain (la liste des Helpers belges reprend Maria EVRARD-DONCKAERTS, au 827 de cette chaussée, également citée par Shoffner, mais il peut y avoir une erreur dans l’orthographe de son nom de jeune fille - en tout cas, la liste des helpers ne reprend pas de Maria Danckaert…) pour le mener jusque chez Léona WOICHE et son époux au 13 Avenue Georges Eekhoud à Schaerbeek (Mikulka les renseigne dans son rapport et y ajoute Mr et Mme VAN KAMP à la même adresse).


Au George's Café en juillet 43.
Debout : Thomas Mikulka, Elmore Loveland et Harry Shoffner.
Devant : James Brown et William Grosvenor.

Victor SCHUTTERS le convoie également en véhicule de la SNCB. Mikulka parle aussi d'une "Madame Ann" il a retenu seulement «Madame Anne», comme on appelait Anne BRUSSELMANS et d'un "MARCEL" (ce doit être Marcel VAN BUEKENHOUT, cité plus haut). Thomas Mikulka est cité dans le livre de mémoires d'Anne Brusselmans. Il restera caché à Bruxelles jusqu'à la Libération.

Thomas Mikulka repose au Penwell-Gabel Cemetery and Mausoleum à Topeka, Shawnee County, Kansas, USA.


© Philippe Connart, Michel Dricot, Edouard Renière, Victor Schutters