Personne passée par Comète via les Pyrénées

Dernière mise à jour le 6 septembre 2014.

John Patrick O'LEARY / R.114688 ou 114680
Claybank, Saskatchewan, Canada
Né ? / † ?
Sgt RCAF, RAF Bomber Command 428 Squadron, bombardier

Fairey Aviation Halifax MkV, n° série DK257, NA-Q, abattu par un chasseur vers 02h00 dans la nuit du 13 au 14 juillet 1943 lors d'une mission sur Aachen.
Ecrasé à Genderen, 6km au NNE de Waalwijk, Noord-Brabant, Pays-Bas
Durée : 10 semaines.
Passage des Pyrénées : le 19 septembre 1943

Informations complémentaires :

Rapport d'évasion SPG 1454 (incomplet).

Après le largage des bombes, sur le vol de retour, l'avion est attaqué par un chasseur de nuit à 4900 m d'altitude à hauteur de Tilburg. Les deux mitrailleurs, les sergents T.H. Pritchard et M. Edwards sont tués. Le pilote, Fl/Lt D.S. Morgan et trois autres hommes sont fait prisonniers. Seul O'Leary parvient à s'échapper.

Du 17 au 22 juillet 1943, O'Leary reste dans la maison d'un KIRSTEN à Mol.

Le 23 au matin, il est conduit à Gingelom par train, et y reste 9 jours chez M. et Mme LONDOZ (une fille et un fils appelé René), pendant qu'on lui arrange son évasion.

Le 31 juillet, il quitte Gingelom avec un instituteur de Landen qui le guide à Bruxelles chez un Georges DUPONT. C'est ainsi qu'il rencontre Roy Hodge et ils iront ensemble à Paris, le 09 septembre, après avoir passé 10 jours par le centre de rassemblement chez Hélène CAMUSEL au 160 Rue Marie-Christine à Laeken.

O'Leary rejoint le Néo-zélandais Roy Hodge le 31 juimmet. Ils vont attendre un guide dans un magasin de radios. Une fille de 19 ans (elle en a effectivement 17) les prend à une maison. Comme les Allemands la surveillaient, ils furent amenés en banlieue, où ils restèrent jusqu'au 21 août. De là, ils vont chez Victor SAVALIE, au 121 Clos des Hortensias à Berchem-Sainte-Agathe, jusqu'au 31 août.

Cette jeune fille de 17 ans devait être Elsa TILBOR (TYLBOR, VAN TYLBORG ?) décédée LEIBLER à Jérusalem en février 2012 à l'âge de 85 ans. Elle avait fui Anvers et demeurait cachée sous une fausse identité chez un policier bruxellois. Elle demande à Hodge et O'Leary de contacter sa sœur à New York, au cas où leur évasion serait menée à bien, et de l'informer de la situation de la famille. Ils mémorisent l'adresse de sa tante. Plus tard, Elsa TILBOR travaillera dans un service de comptabilité de la Wehrmacht à Bourges (France), où elle peut estampiller des papiers en blanc pour la résistance. Une fois arrivé à Ottawa, Roy Hodge écrit deux lettres à sa sœur, Mme SALSZMAN à New York dans le courant de janvier 1944. Hodge oublia partiellement l'adresse, mais le US Postal Service les délivra néanmoins.

Un officier français échappé d'un Offlag (Maurice GRAPIN) le mène chez le Dr Louis GUYOT au 50 Rue de Rome à Paris VIIIe, où il reste environ 6 jours.

Le 15 septembre, cet officier français le conduit à la gare et lui présente une femme avec des lunettes foncées qui escorte un aviateur américain (Francis Harkins). Elle les escorte jusque Bordeaux.

Là, Jean-François NOTHOMB les guide à Dax le 16. Ils vont ensuite à vélo jusque Bayonne et il loge à Sutar à l'auberge Larre de Jeanne MENDIARA ou à Bayonne chez Pierre ARRIEUMERLOU. O'Leary ne mentionne pas Philippe de Liedekerke dans son annexe C au SPG.

Le 17 septembre, avec NOTHOMB et une jeune fille qui parlait très bien anglais, ils se rendent à Saint-Jean-de-Luz. Ils y passent une nuit et la journée suivante.

Le 18 au soir, un "Louis", guide de montagne les passe en Espagne. O'Leary a probablement ici confondu avec Philippe de Liedekerke, que NOTHOMB leur aura présenté comme leur guide.

C'est le 56e passage de Comète via la ligne de Saint-Jean-de-Luz et la Bidassoa, les deux évadés seuls avec les guides basques.

Ils restent 4 jours à San Sebastian chez le "senor Don de FREDERICO". Lire : Federico ARMENDARIZ (2e étage du 3 Calle de la Marina à San Sebastian, près de la Concha, plage de San Sebastian). La voiture diplomatique les emmène à Madrid, où ils restent 6 jours. Il arrive à Gibraltar le 1er octobre et y reste 6 jours.

O'Leary est interrogé en Grande-Bretagne le 07 octobre 1943.


© Philippe Connart, Michel Dricot, Edouard Renière, Victor Schutters