Personne capturée durant son évasion

Dernière mise à jour le 21 décembre 2018.

Frank Galsworthy SHAW / 146401 et 994312
21 A. Bondgate, Selby, Yorkshire, Angleterre
Né le 28 janvier 1909 / † ?
Fl Lt, RAF Bomber Command 77 RAF Squadron, mécanicien

Handley Page Halifax Mk II, n° série LL125, KN-K , abattu la nuit du 20 au 21 décembre 1943 lors d'une mission sur Frankfurt par l'Oblt Heusler du IV/NJG1.
Écrasé à Fronville, 6 Km à l'Est de Baillonville (à la limite des Provinces de Namur et de Liège), Belgique.
Durée : 6 mois
Arrêté le 6 juillet 1944 à Spontin, Belgique.

Informations complémentaires :

L'appareil décolle d'Elvington à 16h30 et est abattu au retour de mission au-dessus de la frontière belgo-allemande. Cinq hommes perdront la vie et sont enterrés au Cimetière de Hotton au nord-est de Marche-en-Famenne : le pilote, Sqn/Ldr Herbert Frank Bickerdike, le navigateur P/Off Robert William Pendergrest, le radio/mitrailleur Sgt Ronald Frederick Walter, les mitrailleurs Sgt William Atkinson Cockburn et le F/Off Gordon Leonard Hills. Le pilote Bickerdike donne l’ordre d’évacuer le Halifax en feu et après avoir quitté l’appareil, le bombardier, Terence Bolter, actionne l’ouverture de son parachute et se rend compte que ses six camarades ne pourront pas évacuer l’avion qu’il voit se disloquer et s’écraser en flammes. Bolter est le seul de cet appareil qui réussira à s'évader.

Notre ami chercheur britannique John Howes a pu retrouver aux National Archives à Kew, le rapport d’interrogation établi par Frank Shaw à son retour de captivité. Ce rapport M.I.9/Gen/41369 signé le 11 mai 1945 par Shaw est très succinct. Il ne donne aucun renseignement sur son parcours depuis son atterrissage, ni sur les gens qui l’ont aidé. Il signale ne pas avoir été blessé ; avoir été arrêté “près de Dinant“ le 6 juillet 1944 ; ne pas avoir été interrogé après son arrestation ; être arrivé au Stalag Luft 1 à Barth le 24 juillet ; y avoir été brièvement ausculté en janvier 1945 et suspecté d’avoir la tuberculose…

Nous ignorons donc tout du parcours de Frank Shaw durant les six mois entre son atterrissage et sa rencontre avec John Bradley et Royce McGillvary le 28 juin 1944, qui renseignent dans leurs rapports qu’ils sont déjà (ce doit être sur la route de Wépion à Mettet) dans une voiture où Shaw embarque. Ils arrivent au château “Thozée”, rue de Thozée à Mettet chez Mme Élisabeth ROPS (fille de Paul Rops et de Valentine Meuffels et petite-fille du peintre Félicien Rops), décédée en 1996. Ils y rencontrent le F/Off Stuart Leslie ainsi que d’autres membres de la famille ROPS : Pierre ROPS, 32 ans, le frère d’Élisabeth, et Danielle ("Dany"), 17 ans, la fille de Philippe ROPS, un autre frère d’Élisabeth. "Dany" est décédée le 15 avril 2018. Jean ROPS, un autre frère d’Élisabeth, était à ce moment prisonnier de guerre en Allemagne. Il est décédé à Hammelburg en Bavière le 6 avril 1945 à l’âge de 38 ans. Les précisions concernant la famille ROPS ayant hébergé les aviateurs nous ont été apportées en septembre 2018 par Madame Monique Cuvelier-Ladot, Présidente du Fonds Félicien Rops, qui a très bien connu Élisabeth ROPS. Nous remercions ici Madame Cuvelier pour ces précieuses informations. Le site du Fonds Félicien Rops : http://www.fondsrops.org/

Tous ces aviateurs restent chez les ROPS jusqu'au 6 juillet, jour où Paul FRAPIER, du 6 Rue Verte à Namur, vient les chercher en camion-navette conduit par Henri POUPIER de Namur (du réseau Zéro) pour les amener au bord de la Meuse. FRAPIER et les deux aviateurs font la traversée en barque. Ils attendent alors l’arrivée de POUPIER qui a fait le tour avec son camion pour passer la Meuse à Namur. Le camion arrive après une heure et FRAPIER, Bradley et McGillvary, rejoints par Shaw et Leslie montent à bord, le chauffeur prenant en route d’autres passagers en roulant vers le sud.


Arrivés à Spontin, un contrôle allemand se passe mal. On trouve les plaquettes d’identification de McGillvary et ils doivent tous avouer être des aviateurs. Un interprète venu de Namur les questionne mais ils ne donnèrent que leur nom, grade et n° de matricule.

Amenés à la prison de Namur, ils sont questionnés par des hommes de la Wehrmacht, puis, le 7 juillet dans l’après-midi, pris en charge par la Luftwaffe. Ils passent la nuit suivante sur une base de la Luftwaffe et sont ensuite transférés le 8 juillet vers un centre d'interrogation de la Luftwaffe à Bruxelles. Enfermés séparément dans des cellules exiguës, ils sont régulièrement interrogés et tous refusent de donner des renseignements sur leur parcours, les identités de ceux qui les ont aidés dans leur fuite, les lieux traversés.

Le 14 juillet, Bradley est transféré à la prison de Saint-Gilles où il apprend que s'y trouvent également Frank Shaw, Stuart Leslie et Royce McGillvary. Shaw est rapidement envoyé en Allemagne et interné au Stalag Luft 1 (West Compound) à Barth – prisonnier n° 4709.

Libéré en début mai 1945, Frank Shaw est rapatrié en Angleterre et restera dans la RAF Volunteer Reserve jusqu’au 10 février 1954.


(c) Philippe Connart, Michel Dricot, Edouard Renière, Victor Schutters