Personne passée par Comète via les Pyrénées

Dernière mise à jour le 12 août 2011.

Anton WASIAK / P.784188
Polonais

Sgt, RAF Bomber Command, 301 "Pomerania" Polish Bomber & Special Duties Squadron (Ziemi Pomorskiej), opérateur radio

Vickers Wellington Mk IV, n° série Z1491, GR-Z, abattu la nuit du 28 au 29 août 1942 par un chasseur Me110 du 5./NJG1 (Hauptmann Ludwig Bietmann) lors d'une mission sur Saarbrücken.
Ecrasé à Rummen près de Diest (Brabant flamand).
Durée : 3 semaines
Passage des Pyrénées : le 23 septembre 1942

Informations complémentaires :

Rapport d'évasion SPG 870 (incomplet).

... Le 31 août, "Marguerite" vient le chercher à Wonck (Province de Liège) et l'amène en tram vicinal loger deux nuits au 38 rue de Visé à Liège. Il a l'occasion, en cours de route, de voir des Allemands autour de son appareil écrasé sur une route.

Le 02 septembre, il part en train à Bruxelles avec un certain "Edgar" (Joseph ROMAINVILLE). Ils arrivent à 18 heures et vont droit au ministère de la Justice avec Germaine PERIN et APPELMANS. Pierre DE PRETERE les prend en charge.

Joseph ROMAINVILLE introduit Wasiak chez le concierge Léopold EVRARD et son épouse Marie RIOCROS. Il resta chez lui au 46 Rue Ernest Allard à Bruxelles six jours (trois selon les EVRARD, en fin août) et y reçoit une carte d'identité. Il est encore à ce moment dans le réseau Luc.

Le 08 septembre, il va dormir dans une autre maison. Léopold EVRARD dit qu'il est remis au service "Baron" (GREINDL) : Le dossier ARA des EVRARD dit qu'il est repris par Elsie MARECHAL, qui le loge chez ses parents au 162 Avenue Voltaire à Schaerbeek jusqu'à son départ le 16 septembre.

Il part le 09 (ou le 16 ?) septembre en train à Paris avec deux hommes, via Lille. A la frontière, il remarque que les officiels français sont plus exigeants que les allemands, qui ont l'air découragés. La situation alimentaire est mauvaise partout, surtout en ville. Il y demeure chez l'ex capitaine de réserve Léon VIOLETTE au 2 Rue Émile Dequen à Vincennes dans le Val de Marne, jusqu'au 20.

Il part en compagnie de Jack Cope, Edgar Costello-Bowen, Ralph Van den Bok et de deux femmes, Andrée DE JONGH et Jeanine DE GREEF. Ils reçoivent des tickets pour Saint-Jean-de-Luz à Bayonne, de la mère d'une des deux femmes ("Tante Go") et d'un Anglais ("Bee"Johnson"), afin de ne pas paraître venir de Paris.

Ils logent chez Ambrosio SAN VICENTE au 7 Rue Salagoïty prèes de la gare de Saint-Jean-de-Luz et partent pour l'Espagne le 22 au soir. Ils se rassemblent dans une ferme : les quatre aviateurs, les deux femmes (Andrée DE JONGH et Jeanine DE GREEF), et "Bee" JOHNSON.

C'est le 23e passage de Comète, par la route classique de la Bidassoa. DE JONGH et un guide basque les guident en Espagne. A 05 heures, ils arrivent à une ferme. Ils s'y reposent pendant que DE JONGH va à San Sebastian chercher une voiture, qui vient les prendre après 20 heures. Ils y logent dans un flat chez Federico ARMENDARIZ au 2e étage du 3 Calle de la Marina près de la Concha, plage de San Sebastian.

Le 24, le consul de Bilbao leur dit qu'ils partiront pour Madrid le lendemain. Ils y restent trois jours et se rendant alors à Gibraltar en train sous l'escorte d'un policier espagnol. Ils restent quatre jours à Gibraltar et sont rapatriés le 02 octobre.

Wasiak est interrogé en GB le 06 octobre.

Il est cité sur la page des membres du 301 Polish Bomber Sqn


Mot de remerciement de Wasiak dans le carnet d'Ambrosio San Vicente.


(c) Philippe Connart, Michel Dricot, Edouard Renière, Victor Schutters