Personne passée par Comète via les Pyrénées

Dernière mise à jour le 06 novembre 2011.

André Jacques Auguste WENDELEN
65 Rue du Bosquet à Bruxelles 6 (Saint-Gilles)
Né le 16 février 1915 à Saint Josse-ten-Noode / † le 23 février 1976
Rejoint la Sûreté de l'Etat en mai 1940
Rôle : mission Mandamus, puis Tybalt pour le SOE. Noms de guerre : Tybalt, Hector, Limbosch, l'Archange.
Zone d'activité : Belgique
Genre : Sabotage
Tutelle : Sûreté de l'Etat & SOE (MOI-SP)
Parachuté pour la seconde fois le 10 août 43 près de Dinant.
Passage des Pyrénées : le 09 novembre 1943

Informations complémentaires :

Dossier Archives Notariales Défense OO-47124

Pendant la guerre civile en Espagne, André Wendelen avait organisé des opérations de solidarité pour les républicains. Il entre au service militaire le 09 septembre 1935, aux Carabiniers Prince Baudouin, et est adjudant CSLR en septembre 1936. Brièvement rappelé sous les armes le 26 août 1939, il est déclaré inapte temporairement et définitivement en janvier 1940, et donc réformé.

Il se présente comme exilé civil à l'attaché militaire à Londres en mai 1940 et est envoyé à Tenby puis à Poitiers avec ordre de marche. Il se présente à Moux et est renvoyé comme étant sans obligations militaires.

Il s'engage aux FBGB le 23 août 1940. Il y devient lieutenant auxiliaire au 1er bataillon Fusiliers à Tenby et est désigné pour la Sûreté de l'État le 14 juillet 1941.

Il y devient agent ARA pour trois missions : Du 27 janvier 1942 au 31 juillet 1943 (capitaine ARA), du 10 août 1943 au 29 février 1944 (major ARA) et du 05 août 1944 au 30 novembre 1944.

En décembre 1941, il prononce une allocution à la BBC. Blessé durant son entraînement, il dut être opéré et on lui enleva un rein.

1°) Mission MANDAMUS (Sabotage) stimulation du Groupe G, du pseudo "Gaby" de son chef Jean Burgers. Il est parachuté avec son radio Jean Brion "Majordome" à Focamps (Namur) la nuit du 27 au 28 janvier 1942. A partir de cette mission, le groupe G fonctionnera avec des directives du SOE, grâce aux parachutages demandés par Wendelen. Jean Brion est arrêté en juin et Wendelen est interné en Suisse. Il traverse la France et l'Espagne où il est encore arrêté.

2°) Mission TYBALT (Sabotage) coordination de la résistance (principalement Mouvement National Belge - MNB) et lutte contre la déportation de main d'oeuvre. Il est parachuté au Sud de Dinant le 10 août 1943 avec le radio Jacques Doneux "Hillcat", capitaine britannique. Ils avaient un million et demi de francs belges, des diamants, des S-Phones pour dialoguer avec les pilotes durant les parachutages.

Après sa mission, Wendelen revient avec Michel Losseau alias "Baboon-Othello" le 04 novembre. Il est dit qu'il revient avec Edmond de Selys.

Le 04 novembre, Robert De Ghetto, Stanley Lepkowski, Théodore Kellers et Jarvis Allen sont guidés par "Michou" (Aline DUMONT) de Bruxelles à la frontière française. Ils la traversent à pied à Hertain-Camphin. Trois Belges sont avec eux, les trois agents du SOE André Wendelen, Michel Losseau et Henri Neuman. Le douanier belge est Maurice DESSON. Ils arrivent à Amiens.

A Paris, il est logé dans le groupe de Fernande ONIMUS-PHAL du 05 au 07 novembre chez Raoul TOUQUET et Lucienne PRIOUL au 16 Rue Henri Tariel à Issy-les-Moulineaux. Il est probablement avec Michel Losseau (Raoul TOUQUET signale deux Belges de l'IS logés chez lui à ces dates, dont l'un est "Othello").

Il franchit les Pyrénées le 09 novembre avec William Todd, Jarvis Allen et Thomas Shaver pour ne pas perdre de temps et après une discussion avec Jean-François NOTHOMB, sous le pseudo du Flying Officer James Clark. Todd, Shaver, Allen et Wendelen sont guidés par des gens de Pierre ETCHEGOYEN jusqu'à la frontière espagnole et la franchissent par Larressore et Jauriko borda avec un guide seul pour le 69e passage de Comète.

En Espagne, il continue avec Thomas Shaver, qui lui semble le plus énergique des trois pour ne pas se rendre à la police espagnole comme recommandé poar un jeune garçon de la famille MIHURA. Aux environs de Elisondo, Wendelen téléphone au consulat britannique de San Sebastian en espérant qu'ils lui enverraient un taxi et mentionne le SOE dans la conversation. Il va loger à l'hôtel avec Shaver et retéléphone à San Sebastian le 12 novembre pour donner leur adresse. Le consulat lui signale que d'habitude la police espagnole écoute les conversations.

Le 13, il est effectivement arrêté avec Shaver. Comme il est déjà fiché en Espagne, il se tient à sa couverture d'aviateur canadien.

Le 15 novembre, il peut téléphoner à l'ambassade britannique de Madrid depuis la prison de Pampelune. Michel CRESSWEL lui promet la cour martiale, son nom et matricules étant inconnus. CRESWELL vient seulement le chercher après onze jours d'attente et lui explique qu'en mentionnant le SOE au téléphone, il avait rendu toute intervention en sa faveur impossible pour lui. Il ne peut donc pas être évacué comme aviateur, mais comme officier de l'Armée de Terre, avec la dernière priorité, ainsi que les Espagnols l'avaient classé.

Quelques minutes avant de prendre le train pour Miranda après 17 jours en Espagne, il voit Peter Hazel, envoyé par le SOE, qui lui explique le retard que cela causerait. Il donne donc son billet aux autres et prend un taxi. Le chauffeur, le prenant pour un Allemand, le conduit à Vittoria pour 500 Pesetas. Là, il retrouve Hazel et arrive quatre jours plus tard à Gibraltar. Il ne fut pas félicité de sa manœuvre d'utilisation de Comète pour rejoindre Londres.

Witold Lobet, qui succède à Wendelen fut arrêté le 27 mars 1944 à Bruxelles et pendu à Buchenwald le 06 septembre 1944.

3°) Mission BRABANTIO CNC (Comité National de Coordination). Wendelen est parachuté pour la troisième fois avec le radio Jacques Van de Spiegle "Van de Sande" et Elaine Madden "Alice" près de Beauraing, durant la nuit du 03 au 04 août 1944. Elaine Madden fut la seule femme belge parachutée en Belgique comme agent.

Outre la mission de coordination, Wendelen était chargé de faire rechercher en avion le prince Charles de Flandres, frère du roi Léopold III, qui vivait en clandestinité à Sart-lez-Spa (mission PATRON-LYSANDER). Il était prévu d'utiliser le terrain de Sovet, mais la mission fut annulée.

Il permit à cinq membres du groupe G de partir pour la Grande-Bretagne.

Avec Philippe de Liedekerke, ils sont les deux seuls agents ARA belges à avoir été parachutés et être revenus trois fois de Belgique occupée. Trente-neuf autres agents belges furent parachutés deux fois.

Après la libération, il est désigné au comité de coordination des organisations de résistances pour la Sûreté. Il sera désigné pour commander la Special Allied Airborne Reconnaissance Force et est désigné pour une mission de rapatriement des prisonniers politiques et militaires d'Allemagne de mars à mai 1945.

Mis à la disposition du ministère des Affaires Etrangères en 1944, il entame une carrière diplomatique après la guerre. Il se marie le 04 août 1945. Lui et de Liedekerke étaient des hommes de confiance du gouvernement en exil et avaient des relations dans les cercles les plus élevés.


Mot de remerciement de "Clark" dans le carnet de Pierre Elhorga.

(c) Philippe Connart, Michel Dricot, Edouard Renière, Victor Schutters